RSS
RSS

Hadley Fairfield

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Hadley Fairfield

Message  Invité le Lun 26 Mai - 14:33

Je m’étais perdue dans le dédale des couloirs de Targoviste ou était-ce dans la contemplation de tant de splendeurs ? Ma vie avait toujours été simple, frugale parfois, aussi étais-je comme un spectateur bouche bée devant tous les trésors que recelait l’ancienne abbaye ; ils étaient autant de cadeaux offerts à une enfant à qui l’on n’avait jamais rien promis. Observer les rais de lumière transpercer avec poésie les larges vitres et s’écrouler sur le sol froid comme un prolongement de l’invitation de la Nature à abaisser les frontières m’avait occupée plus que de raison. Lorsque en clignant des paupières, j’avais dû m’habituer à voir le monde à travers un filtre bleu vert, né du long échange de regards que j’avais eus avec le soleil, j’avais souri. L’astre diurne ne se répandait pas que sur les dalles, il me réchauffait des pieds à la tête.  Une douce torpeur me laissa pantelante. J’avais retrouvé des sensations familières, des plaisirs démodés qui me serraient la gorge autant qu’ils me picotaient les yeux. Des ressentis d’un autre temps, une impression de rentrer chez soi… l’ombre d’un doute chassa pendant quelques secondes cet apaisement. Lorsque l’on a déjà tout perdu, on n’a normalement plus de craintes mais on connaît par cœur la souffrance de la désillusion et l’on ne sait si on peut y croire encore.

C’est avec plus de prudence que je continuai mon périple. Même une soirée déroutante et une nuit reposante ne pouvaient effacer une vingtaine d’années de peine, de pénitence et de misère. Il y avait néanmoins un nouveau couloir, une autre porte, un espoir plus grand… J’avais longtemps été dubitative ! non pire, j’avais longtemps été stupéfaite devant l’incongru mais le souvenir de ce tourbillon dans le temps était intact et me redonnait des hauts le cœur qui pouvaient témoigner que le Dévoreur m’avait donné les clés pour un futur encore inexploré. Un long soupir mit fin à ma morosité. Je tournai et retournai cette dent dans ma paume, je la sentais comme la promesse, elle aussi, d’un avenir. Et je n’en n’avais plus depuis si longtemps que caresser simplement l’idée me précipita vers le couloir suivant, le rose revenu sur mes joues. Elymara ne reparaissait pas et je crains un instant de devoir appeler à l'aide alors que toute la maison semblait reposer dans un silence bienheureux. Confuse à l’idée de réveiller toutes ces personnes qui m’avaient ouvert leur porte avec tant de gentillesse, je tournai la tête de droite et de gauche, me forçant à faire resurgir les souvenirs de mon parcours de la veille. Mes yeux tombèrent sans le vouloir sur une toile d’une beauté incandescente. Les couleurs étaient chatoyantes et rendaient justice aussi bien à l’artiste qu’au lieu qui les exposait. Je m’approchai avec hésitation, envoûtée à la vue de cette femme au regard tendre qui appuyait son menton contre le haut de la tête d’un enfant. Il émanait de ce simple portrait une force intérieure qui me percuta et j’observai chaque contour, chaque dégradé pour bien fixer dans ma mémoire cette scène intime. Ca aurait pu être moi, Baptiste et moi ou ma mère et moi… Quelque chose me disait que Targoviste n’avait pas été mis sur ma route sans raison. Il me fut très difficile de quitter la toile que je nommai  in petto, « la mère de l’enfant ».

J’avais perdu toute notion de l’heure lorsque enfin je découvris juste en face de moi, un escalier comme je n’en n’avais jamais vu. De mon Amérique natale, je ne connaissais que les quelques marches qui menaient en catimini aux guinguettes clandestines ou les escaliers, plus rudes, qui s’enfonçaient dans le ventre de New York ou de Chicago, nommé à juste titre Métro. A dire vrai, j’avais été aussi très…chamboulée par une scène de chasse peinte sans restriction et si mes pensées peuvent sembler incohérentes, elles essaient de retrouver un équilibre. Une silhouette haute se découpant un peu plus loin me fit sursauter et je serrai plus fort ce qui était devenu dès à présent un porte bonheur. Je refusais de laisser mon cœur battre la chamade plus longtemps mais je dus mal m’y prendre car lorsque le visage du Professeur se dessina, son sourire espiègle  me fit jurer qu’il avait lu en moi comme dans un livre ouvert. Afin d’éviter son regard clairvoyant, je me concentrai sur ma tenue qui semblait lui plaire.


- Bonjour Professeur Stanzas et merci mais vous avez raison, tout le mérite en revient à votre amie. Je sentais qu'ici on ne parlait pas d'employée. Vous avez une demeure tellement belle, même en plein hiver, elle est le réceptacle de tant de luminosité.

Ces prunelles intelligentes au fond desquelles dansaient mille lueurs, mille pensées, mille attentions, mille tourments me trouvaient tantôt perdu tantôt confiante.

- Je crois qu'une maman n'est jamais sûre de bien faire pour son enfant mais je suis presque certaine, cette fois, qu'ici, je lui offrirai plus. Il aura toujours quelqu'un avec lui, pour veiller sur lui...

Et tellement plus, pensai-je... L'idée de revoir Alceste me réjouit et j'emboîtai le pas au Dévoreur en m'appuyant très légèrement sur ce bras cérémonieux que j'accueillis comme le plus bel hommage qu'on pouvait me faire. Mes pensées errèrent pendant toute la descente. Affronter un monstre...étais-je prête ?

- J'aurais envie de vous répondre que l'on n'est jamais prêt à faire face à la monstruosité mais que j'y mettrai tout mon courage et quelques savoir-faire.

Plus nous approchions du jardin, plus je pouvais percevoir des aboiements énergiques. Chapka allait plaire à mon petit homme. Je reculai pourtant lorsque le grand chien noir darda ses yeux dans notre direction. Seule sa langue rosée qui tomba me rassura tellement elle donnait l'impression qu'il souriait. Lorsque j'eus salué le Secrétaire et ami du Professeur, je me préparai mentalement à refaire le voyage retour, priant presque pour que tout ceci n'ait pas été un mirage, que chaque plante, chaque pierre, chaque touffe d'herbe se retrouve à la même place lorsque je reviendrais. Chapka ne semblait pas au fait de mes préoccupations car il m'approcha sans timidité aucune. Je m'accroupis pour lui flatter les oreilles, surtout la droite et le gratifier de petits noms...
Je laissai les deux hommes discuter tranquillement en m'éloignant avec lui et lorsque le Dévoreur revint, annonciateur d'un nouveau tourbillon dans le passé, je m'accrochai une fois de plus à mon joyau et je me rappelai...


- Oh ! Professeur, trouverons-nous sur notre chemin le temps de m'acheter une petite boîte ou idéalement un petit collier ?

C'était bien une considération féminine que de vouloir faire des emplettes alors que le temps était derrière nous mais ce cri du coeur m'échappa...
avatarInvité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Hadley Fairfield

Message  Le Dévoreur de temps le Dim 6 Juil - 19:58

Stanzas sourit à sa nouvelle recrue en entendant sa curieuse requête. Il en fut amusé et non choqué comme on aurait pu s'y attendre. Il savait qu'en toute occasion, les femmes étaient de petits oiseaux futiles, même dans les pires situations mais il savait aussi que cette futilité était souvent le dernier rempart contre la folie, lorsque la dignité se meurt et qu'on s'accroche à des lambeaux d'humanité pour ne pas y sombrer. Il avait lu ainsi des témoignages de rescapées de camps de concentration qui se fardaient les yeux avec de la cendre et se mordaient les lèvres au sang pour les rendre rouges et conserver ainsi un brin de féminité ou une illusion de séduction. A quelques unes, devenues prostituées et qui avaient survécu, on demandait comment elles avaient supporté la situation. Elles répondaient que c'était une humiliation différente mais pas pire que celle infligée aux autres prisonnières à qui ont ôtait tous les attributs d'humanité comme la féminité, la séduction, la beauté. Elles, au moins, pour plaire à leurs bourreaux, étaient encore autorisées à se farder, se coiffer, s'attifer comme des femmes, certes pour une vulgaire, dérisoire et tragique pantomime, mais au moins elles suscitaient le désir dans le regard de ces monstres, même si ce désir était des plus perverti qui soit. Stanzas avait pleuré à la lecture de cet article et s'était surpris à implorer tous les Dieux que les cieux pouvaient contenir, que Gala soit morte rapidement et n'aie pas eu à choisir entre les deux.

- Nous pourrons sans peine trouver ce temps-là si c'est important pour vous donner du courage. Peut-être un médaillon vous permettant de glisser une boucle de cheveux de Baptiste vous conforterait-il ? Hasarda le Professeur persuadé d'avoir cerné le dessein caché de la jeune maman.

Lorsqu'ils retrouvèrent Alceste et Chapka dans les jardins, le chien fit l'accueil espéré à Hadley, l'occupant fort affectueusement tandis que le Dévoreur s'approchait de son ami pour l'entretenir de la conversation partagée avec Thorvald,qui l'avait tenu éveillé jusque tard dans la nuit.

- Miss Hadley me parait une fort raisonnable personne qui ne prétend pas être absolument certaine de ses capacités mais affirme sa volonté de rallier notre cause et de nous confier son enfant. Je pense qu'elle sera une très bonne recrue. Quel est votre sentiment sur la question, mon cher Alceste ? Baptiste sera le premier d'une longue série à n'en pas douter car nous devons nous attendre à ne pas croiser que des volontaires célibataires et sans enfants et il nous faudra songer à implanter différents lieux d'accueil pour les enfants des Voyageurs. D'autant plus que le nombre de personnes rejoignant nos rangs augmente de façon exponentielle et que les temps s'annoncent incertains.

Stanzas entraina son secrétaire un peu à l'écart pour poursuivre à voix basse.

- Thorvald est revenu, avec des nouvelles bien fâcheuses, d'une entrevue inopinée avec les Gardiens du Temps. Depuis le temps, c'est le cas de le dire, qu'on entendait Zorvan nous en rebattre les oreilles, on sait désormais qu'il n'a pas menti au moins sur ce sujet. Ils existent bel et bien et sont peu enclins à favoriser nos projets. Je pense que notre ami vous en parlera ainsi que de la mission que je lui ai confié, à sa demande et à laquelle il est possible qu'il vous associe.

Le professeur jeta un œil en direction d'Hadley et soupira en songeant à l'enfant. L'époque s'annonçait compliquée et tumultueuse. Il ferait tout pour que Baptiste et tous les enfants si possible, ne connaissent pas le sort qui avait frappé son enfant à lui. Et peut-être, si la providence lui accordait ses faveurs et aussi au prix d'un combat acharné, pourrait-il même renverser l'ordre des choses la concernant. Même les Gardiens du temps, si féroces et impressionnants fussent-ils, ne pourraient infléchir sa détermination. En matière de férocité, il en avait vu d'autres, à commencer par les bourreaux de sa propre enfant. Quant à ce qui pouvait l'impressionner, il faudrait chercher loin. Il était le premier à avoir trouvé le moyen de se déplacer "volontairement" dans le temps.

- Préparez tout pour l'arrivée de Baptiste et veillez sur le petit monde de Targoviste durant mon absence. Parlez également de la fameuse mission urgente avec le Roi de Drogmünd. Nous aviserons à mon retour de la façon dont il convient de procéder. Je songeai aussi qu'il faudrait ménager Zorvan à l'heure où nous allons lui soumettre Mademoiselle Fairfield. On a vu comme il peut être excessif dans ses mouvements d'humeur envers certains voyageurs lorsqu'il a le sentiment d'être lui-même malmené. Je vais annoncer à l'intéressée qu'il est enfin l'heure d'aller chercher son fils. Le supplice n'a que trop duré.

Après avoir écouté les dernières réactions et recommandations de son dévoué récipiendaire, Stanzas se dirigea vers la jeune femme qui était en train de sympathiser avec le canidé.

- Miss Hadley ? Nous ne pouvons plus tarder davantage. Il semblerait que de nouveaux aspirants voyageurs requièrent mes services. Baptiste doit vous attendre pour son réveil. Prenez ma main...

Il la lui tendit et se concentra sur le palier de la voisine à laquelle il avait rendu visite.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hadley Fairfield

Message  Le Dévoreur de temps le Jeu 21 Aoû - 19:56

Fiche archivée en raison de l'absence de réponse du joueur au mp et mail de rappel.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hadley Fairfield

Message  Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum