RSS
RSS

{Achevé} Déroute au Bacchus

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: {Achevé} Déroute au Bacchus

Message  Le Dévoreur de temps le Lun 18 Aoû - 21:27

Ness hocha la tête vigoureusement tout en continuant de s'approcher de Christiana mais il ne pipa plus mot après avoir évoqué le mot clef: Kyle. Il savait d'expérience qu'il fallait laisser le sujet soumis à un grand stress s'épancher pour faire retomber la tension et minimiser les risque d'effusion de sang. D'ailleurs ses théories étaient encore utilisées en 2014 par les "négociateurs" des tous les pays occidentaux. Ness avait été, sans le savoir, un précurseur dans la psychologie criminelle, l'ancêtre des profiler et autres as de la médiation en situation de crise. Il lui arrivait de donner des conférences sous un nom d'emprunt dans les fac de crim de la côte est. La petite demoiselle Von Carter devait cogiter ferme, mais tout en cogitant, elle descendit de son perchoir, ce qui fit descendre aussi la tension de l'agent  du même coup. Il avait beau être un dur à cuir, un agent du gouvernement, un "incorruptible", voir le corps éclaté d'une somme toute jolie fille sur l'asphalte n'était franchement pas une option très réjouissante. Il préférait nettement arriver à la convaincre de le suivre, avec sa boîte collée aux seins, si cela pouvait la rassurer. L'essentiel était qu'il puisse la présenter à Stanzas en parfait état de conservation. La fille était rusée. Une petite renarde grandie parmi les chacals.  Mais voilà qu'à présent la fille Von Carter avait la voix chevrotante et l'oeil humide. La pauvre gamine. Ness pouvait comprendre. A grandir dans un nid de vipères qui vous ment sur tout, on ne peut qu'avoir du mal à croire un inconnu. Et puis Vladimir avait été peu loquace sur les épreuves de son adoubement comme voyageuse mais Ness était bien placé pour savoir qu'on en bavait avec Zorvan. Il en avait vu des fêlés , tant parmi ses gars que chez les mafieux, mais le Gardien de l'Antichambre les détrônait tous, tant par sa dangerosité que par sa folie latente. Et puis la petite et le type au bonnet revenaient de la préhistoire, s'il en croyait le carnet de route qu'il avait vu ouvert sur le bureau de Stanzas. Ça n'avait pas dû être une promenade de santé .

- Je sais que cette boîte contient des objets personnels, liés à votre famille. Nous ne voulons pas vous en priver mais juste mettre à l'abri de certaines personnes mal intentionnées , ce petit carnet qui doit figurer dedans, celui avec un nom allemand annoté .


Elle se méfiait, ce qui était normal. Mais le temps pressait. Vladimir avait été clair . Il devait à présent mener un double combat dont le plus pressant n'était pas ce qui s'était joué  dans l'Allemagne d'après la première guerre mondiale . Le jeune Grec venu du passé- ça mettait le frisson quand on y pensait et Ness ne put s'empêcher d'admirer la capacité d'adaptation du type, car il avait lu l’Iliade et l'Odyssée, et bon sang, ça n'avait rien à voir avec l'époque présente ! - intervint pour essayer d'apaiser sa complice de voyage et hôtesse. Elliot se demanda furtivement s'ils étaient amants. Après tout, dans le feu de l'action... Non, ce n'était pas vraiment le genre des deux maisons, Von Carter et comment ? Zilla ? non Zéa !

- Ecoutez  votre ami ! Je suis envoyé par Vladimir Stanzas, enfin le Dévoreur de Temps ... Cet homme ne vous veut aucun mal...Il veut vous parler  et s'assurer que le carnet ne tombe pas entre de mauvaises mains. Pour Kyle, je ne le connais pas personnellement mais c'est ... un brillant collègue... il intervient dans des dossiers d'un tout autre type que mon équipe mais nous avons collaboré quelques fois ...Je ne peux pas vous en dire plus ... Stanzas devait s'assurer que vous ne trahiriez pas l'homme que vous prétendez ... mais bon , merde !!! quand une femme veut se jeter dans le vide pour vous , c'est qu'elle vous aime non ?

Ness s'était tourné vers Démétrios comme pour le prendre à témoin.

- Dites -lui, vous, qu'il faut qu'elle s’affranchisse de tout ce qu'elle a connu avant, que lorsqu'elle a accepté le pacte avec le Dévoreur, elle s'offrait un nouveau départ mais aussi les obligations qui vont avec... Vous voyez de quoi je parle. Vous avez bien combattu pendant l'assaut de Constantinople  ?  Oui bon, désolé... je suis un flic et Stanzas un savant... il laisse traîner ses dossiers ...

Il se tourna vers Christiania et tendit ses mains, plat en évidence pour manifester son intention pacifique.

- Christiania, nous n'allons pas pouvoir rester sur ce toit indéfiniment. Vous devez prendre la décision qui conditionnera votre vie , mais soyez certaine que nous récupérerons le petit carnet , que vous soyez à nos côté  pour rejoindre Kyle ou étendue sur le boulevard après votre saut de l'ange. Même s'il est partiellement brûlé, nous sommes assurés de pouvoir le reconstituer par des techniques modernes et avancées.

Il avait conscience de bluffer  en l'état de ses connaissances mais il soupçonnait cette crapule de Zorvan de pouvoir réaliser un tel prodige et quelques fois, Vladimir avait Zorvan dans sa poche.

- Mademoiselle Von Carter, me suivrez-vous de votre plein gré ou devrais-je risquer votre vie stupidement ?
HRP:
Tout est encore possible: vous pouvez refuser de suivre Ness et partir sur les chemins de votre destiné ensemble ou séparément, ou bien encore rallier le bureau de Stanzas et prendre part à la Guerre du TEMPS qui s'annonce; encore un post chacun pour vous décider ! Je posterai après vous, le cas échéant, pour vous propulser chez Stanzas.

Revenir en haut Aller en bas

Re: {Achevé} Déroute au Bacchus

Message  Invité le Jeu 4 Sep - 14:50

Suite à leurs aventures chez Zorvan et en préhistoire, Christiana avait développé une certaine confiance en Démétrios. Elle laissa Démétrios s'approcher d'elle tout en gardant un œil sur Ness, afin de s'assurer qu'il restait à bonne distance. Puis, quand elle lui révéla que Ness savait pour leur capacité à voyager, Christiana écarquilla les yeux de stupeur. Pourquoi Démétrios lui mentirait-il ? Il n'avait aucune raison de mentir. Tout le corps de Christiana se détendit soudainement et son visage arbora des signes de curiosité. Si Ness savait et s'il était là sur l'initiative du Dévoreur, alors la boite était liée aux voyageurs.
La boite et ce qu'elle contenait était bien plus mystérieuse que Christiana ne l'avait imaginé. Plus mystérieuse et bien plus intéressante. Elle ne put s'empêcher de se demander si sa mère n'était pas elle-même une voyageuse. Et peut-être bien Kyle, lui aussi. La boite devenait encore plus fascinante.

Calmement, Christiana posa une main sur le bras de Démétrios, pour le retenir près d'elle, après que celui-ci ait signifié sa confiance à Ness.

- J'espère que vous avez suffisamment de confiance à son égard pour nous deux, murmura-t-elle à Démétrios. Lui, ou plus largement le FBI, et ma famille n'ont pas des rapports des plus cordiaux. Il va lui falloir m'apporter des preuves que je peux lui faire confiance, qu'il travaille ou non pour le Dévoreur de Temps.

Christiana s'avança un peu plus vers Ness tout en gardant la boite. Lui-même avait fait un pas vers elle. Ils n'étaient plus très éloignés l'un de l'autre, mais suffisamment pour garder une distance de sécurité.

- Alors comme ça, vous savez, dit-elle à Ness, en le dévisageant de haut en bas, comme si elle le découvrait. Je suis fatiguée monsieur Ness. Je viens de vivre quelques instants trépidants, certes. Mais usant sur bien des points. Ma patience est donc grandement limitée aujourd'hui et ma nuit a tout de même été écourtée par votre venue. Venez en aux faits.

Ness ne se fit pas prier et il n'avait surement pas attendu que Christiana le lui demande. Elle cessa presque d'écouter quand Ness parla de Kyle. Il parlait au présent. Pas au passé. Pour Christiana, cela ne faisait aucun doute. Kyle était vivant et le Dévoreur l'avait envoyé pour elle sur le toit. Elle laissa Ness finir de parler. Et plus il parlait plus ses yeux et sa bouche s'ouvraient. Déconcertée, Christiana soupira et leva les yeux aux ciels.

- Vous saviez qui nous sommes, vous savez pourquoi j'ai accepté de suivre le Dévoreur de Temps ! Mais vous ne pouviez pas le dire plus tôt ! S'exclama-t-elle. Plutôt que faire le méchant du FBI dans mon petit salon ?! Vous ne vous êtes pas douté que je réagirais ainsi ? Franchement, Monsieur Ness, vous savez bien comment nous sommes dans la famille quand le FBI nous force la main ? On fait le contraire de ce que vous attendez ! Mais vous m'auriez directement parlé du Dévoreur, de Kyle, vous m'auriez parlé de mes sentiments pour Kyle, je vous aurez cru ! Je vous aurez donné cette boite, dit-elle en lui tendant la boite. Il n'y a que Monsieur de Zéa, Zorvan, le Dévoreur et moi-même qui connaissent mes sentiments pour Kyle. Démétrios a été avec moi depuis qu'il le sait. Si vous m'aviez dit que vous saviez, j'aurais immédiatement deviné que vous le teniez du Dévoreur de Temps. Nous n'aurions donc pas perdu tout ce temps. Perdre du temps... c'est difficile à l'imaginer pour des voyageurs, ajouta-t-elle en souriant.

Christiana laissa la boite dans les mains de Ness. Elle se tourna vers Démétrios et lui offrit un large sourire, un qu'il n'était pas courant de voir sur son visage.

- Vous entendez cela Démétrios, mon Kyle est bien vivant ! Je ne le chercherai pas en vain. On va l'avoir ! Notre cabinet médical sur la côte Ouest !

Christiana fit de nouveau face à Ness et lui dit :

- Bien entendu que je vous suis. Je me doutais bien, l'autre nuit sur le pont, que suivre le Dévoreur de Temps pour retrouver Kyle et vivre la vie que nous nous étions imaginé ne se ferait pas gratuitement. Je suis bien placée pour savoir que rien n'est gratuit, ajouta-t-elle en montrant du doigt la petite rue où son père réglait souvent des comptes. J'en ai assez vu pour le savoir. Au fait, je ne suis pas armée et je n'avais pas l'intention de me tuer. J'espérais pouvoir voyager ailleurs avant de toucher le sol, si jamais vous m'aviez poussée à sauter dans le vide, révéla-t-elle en affichant un sourire narquois.
avatarInvité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: {Achevé} Déroute au Bacchus

Message  Invité le Dim 28 Sep - 1:33

Après son intervention d'abord auprès de Christiana puis de Ness, Démétrios se mit un peu en retrait, sentant bien que  ce dernier avait l'habitude de ce genre de situation et aussi parce que lui-même comprenait toujours aussi peu ce qui se passait.
L'avalanche d'inconnues l'accablait et il regretta une fois de plus son inconscience et sa précipitation à suivre Christiana. Passer de sa Grèce antique à la Byzance du IXe siècle avait eu son lot d'ébahissements, mais aussi différent que fut le monde du moine Nestor, il demeurait lisible et les changements s'inscrivaient dans une solide continuité technologique. Il avait participé en connaissance de cause aux aventures rencontrées, affronté la fureur de la mer, chevauché en bon cavalier, tiré l'épée, combattu sur des remparts, festoyé avec ses amis vainqueurs. Dans cet  Empire romain d'orient certes les puissances divines avaient changé d'apparence et de nature mais elles continuaient à gouverner les hommes et à régler les destins. Le christianisme de Nestor n'apparaissait nulle part dans l'univers du Bacchus. Les dieux avaient déserté le monde des hommes et ceux-ci semblaient les avoir remplacés, pliant l'éclair à leurs caprice et traversant les nuages dans des chars rugissants. Il était comme un petit enfant incapable, démuni ; son prétendu exploit au fusil n'était dû qu'au hasard et  il n'avait plus de repères pour juger les choses. Seul son Logos lui permettait de ne pas se prendre pour un fou.
Justement, Ness essayant d'expliquer la situation ,employa l'expression "nom allemand" . Démétrios avait lu grâce au traducteur quelques titres du journal aperçu dans le salon de Christiana et vu que la guerre qui la préoccupait concernait les Allemands.  Consulté le traducteur avait aussitôt remplacé le mot par ceux de Germain et de Goth et en Aparadoxis Nestor lui avait parlé de ces Barbares. Les étendues sauvages au delà des tribus celtes s'étaient peuplées au cours du premier millénaire de guerriers affreux, lesquels avaient durement malmené la chrétienté avant de se convertir et de s'y fondre en de multiples nations. Apparemment leurs descendants du XXe siècle avaient gardé leur humeur belliqueuse et, chrétienté ou non, on s'entre-tuait toujours gaillardement du côté du Rhin et du Danube. Le carnet avait donc un rapport avec cette guerre ? Raison de plus pour le confier à Ness. Christiana se conduisait vraiment de façon déraisonnable.
Pourquoi ce chantage au suicide alors qu'elle avait tout manigancé pour se retrouver sur ce toit,  avec son coffret ?  Il ne comprenait vraiment pas où elle voulait en venir ni pourquoi elle avait exigé sa présence après lui avoir intimé l'ordre de rester tranquille en bas à boire son chocolat. Une manoeuvre pour dérouter l'ennemi ? Pouvoir s'enfuir dans l'espace-temps de son côté en lui faisant confiance pour qu'il s'évade de la même façon ? Mais cette possibilité ne résistait pas à l'analyse ; Christiana n'avait pas profité des instants où elle avait été seule avec son coffret pour filer dans le passé le mettre hors de portée du FBI. Elle avait seulement réussi à attirer Ness sur le toit. Celui-ci  ne voulait que le carnet et elle n'avait qu'à le lui donner et s'occuper de retrouver sa mère et ce Kyle . Ah, les femmes ! Women ! Le policier avait bien raison.
Et il en avait assez de tant de drame pour un carnet. Il se doutait qu'il contenait des renseignements importants  bien que Christiana n'ait pas eu l'air de savoir exactement  en quoi ils l'étaient.  Elle avait juste pensé que cette liste pouvait dissimuler une piste  permettant d'éclaircir pourquoi un certain Joe avait tenté de voler ce coffret et aussi comment il en avait eu connaissance. C'est ce qui avait paru  primordial à la jeune femme plutôt que de découvrir le secret de sa mère, prétendue morte, mais que la photo révélait toujours bien vivante deux ans après sa disparition. Les "affaires" du Bacchus, auxquelles elle rattachait les noms de la liste lui importaient donc bien plus que de rencontrer celle qui l'avait mise au monde. Christiana avait révélé le passé de" grand banditisme" de sa famille, affirmé ne plus en garder que l'exploitation du Bacchus, mais elle semblait bien être prête à réveiller d'anciens démons et la cruauté envers le blessé se vidant de son sang restait pesante à l'arrière-plan de ce qu'il pensait d'elle. Elle avait peut-être renoncé à des pratiques criminelles mais elle en avait gardé la froide insensibilité face à ceux qui contrecarraient ses projets.
Démétrios craignait que cela ne se termine de nouveau sur des toits new-yorkais, à se tirer dessus,  bandits contre bandits, et il n'était vraiment pas intéressé. Le monde l'attendait, la grande bibliothèque d'Alexandrie,  les Vikings, la Californie dont rêvait Christiana, la Route de la Soie et l'empire d'où le tissu merveilleux provenait tout comme son bonnet.  Et puis les avions et les machines à musique et à paroles  et les carnets, où il écrirait autre chose que des listes de noms !.. Et il avait envie de retourner voir Zorvan dans son Antichambre, Zorvan qui était quand même l'être le plus surprenant qu'il ait jamais  rencontré !
 A choisir, plutôt que de retrouver les ennemis des Von Carter, il préférait aider le F.B.I chargé de défendre la Cité et les citoyens respectueux des lois et il refuserait positivement de s'opposer à Elliot Ness si le frère Jared déboulait avec ses chiens de garde. La police pouvait être corrompue et certains des hommes de Ness n'avaient pas du tout l'air de gentils ganymèdes chargés de distraire la galerie. Mais l'institution était juste dans ses principes. Il fallait défendre les lois sans lesquelles les hommes ne peuvent vivre ensemble.
Surtout, Ness était au courant du Voyage et fréquentait le Dévoreur.  Assez naïvement, le Grec ne pensait pas une seconde que cet être surpuissant puisse avoir des ennemis parmi ceux qui connaissaient ses pouvoirs. Lui-même avait été admis à en partager une partie, ce qui l'avait libéré de ses moroses incertitudes. Il  ne le trahirait pour rien au monde et il pensait que tous devaient partager cette admiration.
Et puis voilà que le Kyle de Christiana était aussi un collègue du FBI !  Ce Ness était au courant de tout ! Alors, que la femme cesse de se comporter de façon incohérente !  Elle pouvait être épuisée par les épreuves qu'ils venaient de subir mais elle était chez elle, dans son époque, tandis que lui, il se déplaçait dans un monde d'objets inconnus, de comportements aberrants ou énigmatiques et pourtant, il savait ce qu'il voulait exactement en ce moment : Pour elle, qu'elle descende de sa position insensée et pour lui, qu'il demande à Ness où trouver le Dévoreur puisque apparemment, il avait besoin d'aide. L'allusion à ses aventures lors du siège de Constantinople faillit le faire rougir de fierté mais surtout, il nota que c'était bien une preuve que Ness et le Dévoreur étaient amis et aussi  que ce dernier avait des dossiers qu'il laissait traîner, ce qui induisait qu'il ait une table sous les dossiers, une demeure autour de la table et que le Dévoreur avait donc un chez lui où on pouvait le rencontrer ! Parfois Démétrios craignait que son ex-Prince des Ours ne passât son temps dans les couloirs du temps et n'appartienne pas à la terre mais à une sorte de lieu outre espace, comme Zorvan dans son Antichambre.
Tout cela était excellent et il en eut la confirmation quand Christiana posa  la main sur son bras dans un geste de confiance qui le toucha. Jamais il ne voudrait lui voir arriver du mal. Courir ensemble devant un mammouth furieux crèe des liens qui peuvent ne pas engager l'avenir mais qui marquent le passé.
Cependant elle s'était mise à parler avec volubilité, reprochant à Ness de ne pas  avoir simplement demandé une entrevue. Ce qui montrait bien que comme toutes les femmes, elle cherchait toujours à avoir le dernier mot . C'était bien ce qu'il lui avait  demandé dès le début non ? Or elle-même venait de dire que le Bacchus et les von Carter ne faisaient pas bon ménage. Si l'entrevue devait passer pour normale, pour ne pas alerter le personnel du Bacchus, il fallait bien qu'elle ait lieu ailleurs que dans l'antre Von Carter. Jared la faisait suivre, c'était un fait prouvé. Si elle se rendait à une entrevue au dehors, il verrait que sa soeur rencontrait le FBI en secret et conclurait à la trahison. La seule façon de procéder pour Elliot Ness, c'était bien de venir la chercher selon l'usage de la police quand elle agit avec des suspects. Si elle voulait vraiment que le Bacchus rejoignît la légalité pour l'essentiel de ses activités, elle avait tout à gagner à collaborer avec le FBI. Tout en prenant son air pincé de princesse outragée, elle aurait donc dû aller chercher son coffret et  suivre les agents de la Loi. En quoi montrer le carnet pouvait-il la gêner ? elle aurait pu même obtenir indirectement des renseignements sur ces noms.
Ou alors, c'est qu'il y avait autre chose dans le coffret - La veille, elle avait lu devant lui des lettres qui s'y trouvaient sans en révéler le contenu.  D'autres secrets ? Elle ne voulait pas que le FBI les découvre ? Elle avait eu le temps dans sa chambre de  retirer ce qu'elle voulait. et maintenant, elle était prête à suivre Elliot Ness, l'ayant convaincu qu'elle ne pensait qu'à retrouver Kyle et à ouvrir" leur cabinet médical sur la côte ouest". Cependant Christiana pouvait aussi être sincère dans son désir de renoncer au Bacchus maintenant qu'elle savait que Kyle était vivant.
Il lui fit donc un sourire d'encouragement, puis s'adressa à  Ness :

- Si vous pensez que je puisse  être utile au Dévoreur, je souhaiterais vivement vous accompagner
avatarInvité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: {Achevé} Déroute au Bacchus

Message  Le Dévoreur de temps le Dim 26 Oct - 18:05

Ness était soulagé que Christiana, encouragée par Démétrios qui avait toute sa reconnaissance, en vienne à des résolutions plus raisonnables . C'est avec une vive satisfaction, qu'il reçut enfin de ses mains le précieux coffret dont elle avait sans doute retiré tout ce qui pouvait être compromettant pour le clan Von Carter. Il lui tardait de l'ouvrir et c'est ce qu'il fit pour constater la présence effective d'un petit carnet noir épais. Un bref coup d’œil lui permit de s'assurer qu'aucune page n'avait été arrachée à la hâte. Il fut rassuré de constater qu'il avait l'air intact. En revanche il lui parut assez étonnant qu'une si grosse boîte ne servit à contenir qu'un simple carnet. De toute évidence, la femme restant toujours plus rouée que l'homme, Chrisitana avait réussi à escamoter le probable reste du contenu. Sans doute des documents ayant trait aux activités lucratives de sa famille.

Mais finalement, ce n'était pas cela le plus important. Le Dévoreur ne lui avait pas tout dit mais le chef du F.B.I. se doutait qu'un péril supérieur motivait sa requête. Il y avait l'implication de Kyle Von Carter, dans les missions que Stanzas confiait à divers agents et l'inspecteur savait qu'elles avaient un lien avec la seconde guerre mondiale. Il connaissait succinctement l'histoire de son ami même si le Roumain ne s'ouvrait pas facilement. Il était fort probable que celui-ci cherchait des renseignements sur sa famille, et devait par conséquent dénicher et ouvrir des dossiers très compromettants pour les Nazis. Enfin, ils étaient déjà compromis jusqu'au cou, mais Ness n'était pas assez naïf pour croire que Stanzas se contenterait de trouver les noms des responsables de son deuil sans rien tenter par la suite. Cet homme poursuivait un dessein personnel, il en était persuadé.

S'il acceptait de l'aider, ce n'était pas pour ce seul but, bien qu'il pût le comprendre, mais parce que le Dévoreur, au delà de son affliction intime, voulait que les choses changent sur le plan global. Que les Hommes arrêtent de massacrer les Hommes. Cette conviction était partagée par Ness, même si elle pouvait le mettre partiellement au chômage. Bien entendu, on  ne peut être enquêteur du F.B.I et concevoir un tel projet sans le trouver quelque peu naïf. Mais les bains de sang peuvent aussi user et lasser. Après tout, le monde avait besoin de Héros. Il n'y avait qu'à voir ces nouvelles bandes dessinées qui fleurissaient pendant la guerre et après guerre, faisant leur fond de super héros. Les enfants en étaient d'ardents consommateurs mais pas seulement. Lui-même en lisait, en riant parfois il faut bien avouer. Il trouvait tout de même que cela aurait été bien commode d'avoir quelques super héros comme amis pour nettoyer New York. Et si Le Dévoreur était ce genre de Héros ? Et si la réalité rattrapait la fiction pour la dépasser finalement ?

Utopique ? Pas vraiment! Après tout, la réalité avait bien dépassé la fiction avec les camps de la mort de la seconde guerre mondiale et les expérimentations qu'elle avait engendré dans les deux camps. Chaque camp s'était doté à sa manière d'une arme de destruction massive et les découvertes faites dans les camps nazis comme dans les bases scientifiques américaines avaient, selon, Stanzas, ouvert le champ aux guerres modernes que Ness ne connaissait pas et qu'il ne tenait pas trop à connaître... Entendre son ami le Grand Voyageur en parler par allusion avait suffi à le glacer d'effroi. Drones, guerre chimique, manipulation mentale, surveillance aérienne globale de la terre,  guerre de l'espace... Découverte de l'existence  de formes de vies autres que terrestres. La liste avait de quoi donner le frisson. Si l'avenir réservait vraiment cela à ses enfants, Ness se disait qu'il faudrait des défenseurs à la raison et à l'Humanité. Peut-être bien que le professeur était en train de réunir ces défenseurs ... Peut-être bien que le monde allait vivre une ère nouvelle.

Il songeait à tout cela tout en écoutant les paroles de Démétrios et en les comparant malgré lui à celle de la fille Von Carter. Il choisit de ne pas tenir compte de sa pirouette visant à le poser une homme stupide qui ne dit pas les choses assez vite et la pousse à réagir avec méfiance, alors même qu'il était évident qu'il ne pouvait exposer le Dévoreur devant le personnel du Bacchus aussi facilement en l'associant ouvertement aux  raisons de sa venue.  Ce n'est que poussé dans ses retranchement par une mauvaise volonté évidente de la jeune femme, et en petit comité avec le jeune grec et elle, qu'il pouvait prendre un tel risque. Mais si on décidait de ne pas tenir compte de sa mauvaise foi, elle n'était pas foncièrement mauvaise. Cependant, ses motivations tranchaient étrangement avec celles de son compagnon, bien qu'étant finalement très humaines en apparence... Aah ! l'amour! Oui mais il n'y avait certainement pas que cela dans le crâne de Mademoiselle Von Carter. On pouvait avoir un but personnel et le conjuguer avec une vision plus large et humaniste et c'était ce que Ness percevait chez le Grec. En revanche, le discours de Mademoiselle Von Carter semblait s'attacher à sa vie future avec Kyle, leurs projets d'avant la Guerre, et en filigrane une certaine aisance qui n'excluait peut-être pas de se servir des prérogatives de ce dernier en tant que médecin pour établir des activités peut-être douteuses. Ness se dit qu'il avait certainement un raisonnement subjectif induit par sa connaissance du milieu maffieux,et du clan Von Carter. On ne sortait pas de l'illégalité si facilement quand on avait baigné dedans dès la naissance. Chassez le naturel et il revient au galop. Il imaginait mal Christiana en épouse aimante et dévouée à son médecin de mari. Il voyait en revanche très bien tous les trafics opiacés qu'un médecin pouvait alimenter s'il était abusé par un proche. Il chassa de son esprit la vision dérangeante d'une femme matrone à la tête d'un narco-trafic sous les palmiers californiens.

Mais plus troublant, elle ne semblait pas envisager que la guerre eût pu changer Kyle et également ses projets. C'était comme si elle s'attendait à retrouver le même qu'avant son départ. Or, même s'il en savait peu sur les missions que Le Dévoreur confiait au jeune homme, et sur les circonstances de leur rencontre et de leur arrangement, il apparaissait comme évident que ce dernier avait préféré travailler pour Stanzas que de revenir vers sa dulcinée dès la fin de la guerre. C'était pour le moins surprenant venant d'un homme censé être amoureux . Mais ce pouvait être aussi le fait d'un esprit valeureux en quête de rédemption. La guerre, ça vous change un homme. La métamorphose peut s'opérer dans les deux sens et aussi bien révéler des héros que des crapules. Il y avait fort à parier que Kyle Von Carter, qui ne se nommait d'ailleurs plus ainsi, ait grandement évolué dans ses aspirations et renoncé aux premières... Le choc risquait d'être rude...
Mais Christiana avait assez de force en elle pour y faire face. Elle n'était pas le genre de femme à se laisser abattre facilement. Il fallait maintenant songer à conduire les deux acolytes  à l'aéroport où un vol sur un bimoteur à hélices les attendait pour Targoviste avec escale à Londres. Le vol durerait bien deux jours mais c'était encore le moyen le plus rapide hormis le voyage par contact avec le professeur Stanzas qui rendait bien plus malade. De toute façon, pas de Dévoreur sous la main! L'homme avait tellement à faire avec son projet. Eliott se demandait bien de quelle façon mademoiselle Von Carter pourrait lui être utile mais ne doutait pas que son ami y voyait une finalité qui lui échappait.

- Nous devons songer à partir mademoiselle... Il vaudrait peut-être mieux que vous réunissiez quelques  affaires personnelles. En fait, vous et monsieur de Zéa seraient les invités personnels de Mr Stanzas à Targoviste et pour quelque jours. J'espère que vous ne craigniez pas l'av...

Il n'eut pas le temps de finir de prononcer les mots qu'il disait tout en feuilletant le carnet sans lever les yeux vers la jeune femme. Un cri de surprise l'interrompit net tandis qu'un "swouiiitchzzz" accompagné d'un éclair blanc déchirait l'air. Machinalement, il cria :

- NOOOOON§ Christiana !!! Pour l'amour de Dieu! ...

Mais il eut immédiatement conscience de la vanité de la supplique. Le cri venait de Démétrios qui avait vu sous ses yeux Christiana se dématérialiser. Les deux hommes échangèrent un regard effaré. Ils songèrent certainement  "Mais que s'est-il passé ? Pourquoi a-t-elle choisi de disparaître alors qu'un arrangement était trouvé ? "

- Bon sang ! Comment vais-je annoncer ça à Stanzas moi ! Pourquoi a-t-elle décidé de s'enfuir ?

Le Grec semblait réfléchir avant de formuler une réponse, ce qui était parfois le signe d'une intelligence éclairée, mais en l'occurence le temps pressait. Ness décida qu'il pourrait aussi bien réfléchir dans l'avion qui les transporterait vers la Roumanie et secoua la tête d'un air très embêté.

- Venez-vous avec moi , monsieur de Zéa ? J'espère que rien de tragique n'arrivera à votre amie, mais rester ici dans l'attente de son hypothétique retour n'est pas envisageable. Le Dévoreur  semble tenir à réunir les hommes et femmes de bonne volonté... Et je sais que vous en êtes...  Par ailleurs, s'il y a une explication au départ précipité de mademoiselle Von Carter, c'est certainement lui le plus à même de nous la fournir. Allons chercher vos affaires et mon chauffeur nous conduira à l'aéroport... Sur la route je vous expliquerai ce qu'est un avion, ajouta-t-il se rappelant soudain la terreur qui pourrait saisir l'Athénien face à l'oiseau de fer.


HRP:
Je clos ce rp que j'ai lu et partagé avec beaucoup de plaisir. Je laisse donc le soin à Démétrios de narrer sa version de la suite dans le rp [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] (voyage jusqu'à l'aéroport puis dans l'avion peuvent être un complément avant l'arrivée chez le Dev et la nuit réparatrice qui suivra pour chacun... Quand il sera l'heure pour Démétrios de rejoindre le bureau de Stanzas, Elymara viendra le chercher... ou Max ^^ au choix !) Bonne suite de jeu à toi !

Revenir en haut Aller en bas

Re: {Achevé} Déroute au Bacchus

Message  Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum